Suivez toute l'actu open data, big data & dataviz grâce à notre newsletter

Close

Voyage dans le patrimoine immobilier de l’Etat

Saviez-vous que le ministère des affaires étrangères était propriétaire d’un parking à Singapour et d’une aumonerie à Ankara ? Sauriez-vous citer les 96 cathédrales ou les 742 plages appartenant à l’administration ? Petit voyage interactif au coeur de notre patrimoine collectif évalué à 107 milliards d’euro.

 

Si l’on s’en tient aux 13 fichiers publiés sur data.gouv.fr et répertoriés par Data Publica  le patrimoine immobilier de l’Etat, c’est plus de 25 000 propriétés diverses et variées en France et à l’étranger : ambassades, terrains divers, garages, bunkers, bureaux etc… C’est en tous cas un trésor national évalué en 2009 à 60.5 milliards d’euro pour les biens détenus par les administrations (soit 107.5 milliards d’euro si l’on inclue les 47 milliards déténus par les 584 opérateurs de l’Etat selon un rapport de l’Assemblée nationale)

Nous avons voulu offrir une expérience interactive aux internautes afin qu’ils naviguent dans ces données. Elles ont été regroupées dans un seul fichier, nettoyé autant que possible (voir en bas de page), géolocalisé et consultable ici de manière cartographique et par moteur de recherche. On regrettera seulement que n’y figurent pas les données sur le patrimoine immobilier du ministère de la défense.

Saisissez le nom de votre commune et accédez au patrimoine de l’Etat près de chez vous. Attention : toutes les données n’ayant pas pu être géolocalisées, la liste complète des biens des communes s’affichera sous la carte. Pour les communes situées dans les Dom, sélectionnez “Monde”. (Enfin, il est possible que certaines géolocalisations soient erronées.)

Un parc immobilier hors norme

Un rapport parlementaire permet d’avoir une estimation du parc immobilier en fonction de sa valeur par ministère propriétaire.

Les ministères de la défense, de l’intérieur ou de la justice sont donc les plus riches mais le ministère du développement durable est de loin l’administration la mieux dotée en nombre de propriétés.

 

Par ailleurs, ce dernier tableau permet de réaliser que :

  • le patrimoine du ministère de la Défense ne fait pas partie des données ouvertes
  • les bâtiments du parlement n’ont pas non plus été comptés dans le fichier du patrimoine de l’Etat
  • les opérateurs de l’Etat n’ont pas été non plus comptabilisés

 

L’Etat : 1er propriétaire de terrains en friche et délaissés

Deux autres graphiques, par genre ceux-là, nous éclairent sur les types de propriétés et fonctions.


Quels sont les espaces naturels qui composent près de la moitié du patrimoine de l’Etat ?
Ce tableau répond à la question

Un patrimoine bien ou mal géré ?

On ne s’étonnera pas qu’un tel patrimoine soit particulièrement difficile à gérer, voire même très mal géré. C’est ce qu’affirme sans détour Yves Deniaud, président du Conseil immobilier de l’Etat : 

« Le parc immobilier de l’Etat est mal géré. Près d’un tiers des établissements publics ne nous ont toujours pas fourni de documents détaillant l’utilisation de leur parc immobilier deux ans après notre demande. Des dizaines de milliers de mètres carrés de surfaces sont inoccupés. Or dans le même temps, certains services de l’Etat payent des loyers astronomiques à des bailleurs privés »

Un audit serait sûrement nécessaire pour comprendre ce qui est pourrait être mieux exploité et même cédé.

Patrimoine immobilier de l’Etat : achetez-le !

En tous cas, le patrimoine immobilier de l’Etat fait l’objet de ventes régulières, vous pouvez par exemple accéder aux ventes en cours et à venir pour Parisl’Ile de France et la province sur cette page éditée par le ministère du budget. Même si, hélàs, la vente du patrimoine sert peu au désendettement de l’Etat, il n’en reste pas moins une source de revenus non négligeable pour le budget comme le montre ce tableau.

Et le programme de cession pour les deux prochaines années a été annoncé dès 2010 : l’objectif est de vendre en 3 ans près de 1700 terrains et bureaux.

 


Un fichier très “brut”

Dans le fichier que nous avons compilé à partir des 13 fichiers inter-régionaux disponibles sur Data Publica initiallement publiés sur data.gouv.fr, il y a plus de 25 500 lignes correspondant à autant de propriétés de l’Etat. Nous avons rencontré un certain nombre de difficultés :

  • de nombreux codes postaux erronés ou simplifiés
  • parfois pas de ville
  • pas d’adresse du tout  (ex : dépôt d’archives à Paris)
  • des données incomplètes : pas de données sur le patrimoine du ministère de la défense

Par ailleurs, beaucoup d’adresses (près de 50% !) concernent des “lieux-dits” parfois difficilement géocalisables.
Enfin nous avons même découvert des données nominatives concernant les propriétaires ayant vendu leur maison à l’Etat après la tempête Xynthia…. Ces personnes sont-elles au courant que leur nom est public ?

 

Benjamin Gans – INRIA

& Thomas Dudouet – Data Publica

(& un merci à Nicolas Kayser-Bril)

Photo Une : PaternitéPas d'utilisation commercialePas de modification Certains droits réservés par christoph.schrey

1 Commentaire

  1. de LABRUSSE 6 juin 2012 Répondre

    Je fais une étude (Géographie et Histoire)sur le foncier des garrigues du Gard et de l’Hérault.
    Effectivement la base est très incomplète: exemple: figurent pas les forêts domaniales (cartographiées dans Géoportail- Inventaire Forestier National). Ce serait bien de recouper avec d’autres données d’Etat comme celles ci, ou, au moins de faire un lien.

    La caractérisation « en friches » peut être comprise comme négative alors qu’il peut s’agir, par exemple, d’espaces naturels de valeur écologique.

    Dommage que l’on aie pas la barre de zoom habituelle. Exemple, se donner une vue d’ensemble sur une zone, comme les garrigues.

    A votre disposition pour poursuivre la discussion (sur ces points ou d’autres).

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *